Génie climatique et énergies renouvelables
LES PRINCIPES DE LA CLIM

  En savoir plus...>>

Tél: 04.86.11.08.80

    NOS SOLUTIONS

Maisons de retraite
Magasins
Halls de stockage
Cuisines
Ensemble scolaire
Datacenter
Hôtels

       NOS CLIENTS

Vinci
EDF
Appart City
SNCF
Franck Provost
Orange
La poste
Novotel
Veolia

   NOS PARTENAIRES

Ciat
GEA
Lennox
Airwell
Airwell Residential
Hitachi
Thoshiba
Mitsubishi
Robatherm
Carrier
Atlantic
Daikin

 

 

 

 

REMPLACEMENT PAR GAZ DE SUBSTITUTION

 

Avec l’interdiction du gaz R22, inutile de remplacer la totalité de votre installation ainsi que vos tubes frigorifiques pour renouveler votre installation. Une solution est possible selon les cas, changez seulement de gaz mais le choix reste limité. Il s'agit des R-404A, R-507, R-407C, R-422D (Isceon MO) et R-427A. Mis à part le R-422D, l’ensemble des gaz de substitution nécessite le changement de l’huile minérale par une huile polyolester.



Selon la conception de l'installation et les conditions de fonctionnement, en particulier dans les installations complexes, des problèmes de retour d'huile peuvent survenir après le passage au fluide frigorigène de substitution si l'huile existante est conservée. Pour cette raison et pour éviter des expériences, il est recommandé dans le cadre du changement de fluide frigorigène, de passer également à une huile polyolester adaptée afin de garantir un retour d'huile sûr. Un passage à une huile polyolester présente également l'avantage de constituer une base adaptée pour passer également aux fluides frigorigènes déjà connus R404A, R507, R407C, etc.
 
Néanmoins, si de l'huile minérale était utilisée auparavant, l'huile polyolester dissout les particules d'impureté et les corps étrangers qui encrassent le circuit de fluide frigorigène et qui s'accumulent principalement dans l'ensemble des filtres du système et dans le carter du compresseur. De ce fait, plusieurs remplacements des filtres et de l'huile ainsi que l'utilisation de filtres de conduite d'aspiration peuvent s'avérer nécessaires pour éliminer les impuretés du système. Néanmoins, cette problématique d'encrassement ne survient pas et la procédure de nettoyage correspondante n'est pas nécessaire si de l'huile de benzène d'alkyle était utilisée auparavant. Lors du passage à l'huile polyolester, il convient de veiller à ne pas dépasser une quantité résiduelle de la quantité initiale d'huile de 4 à 5 % au maximum.
 
L'utilisation des fluides frigorigènes de substitution cités dans le présent document avec de l'huile minérale ou de l'huile de benzène d'alkyle n'est pas recommandée en raison d'une miscibilité insuffisante ou inexistante. Néanmoins, si un essai est entrepris sans passage à l'huile polyolester mais en conservant l'huile existante et que le niveau d'huile passe sous la valeur minimale admissible après le démarrage de l'installation, procéder au remplissage d'appoint en huile jusqu'à ce que la valeur minimale soit atteinte. Puisque le niveau d'huile est susceptible de remonter, ne pas remplir jusqu'à la valeur maximale. Si le niveau d'huile continue de baisser ou subit des variations importantes, cela indique des problèmes de retour d'huile. Dans ce cas, l'adjonction d'huile polyolester peut être un avantage pour stabiliser le retour d'huile. En outre, veiller à ne pas remplacer plus de 10 à 30 % de l'huile par de l'huile polyolester.
 
La quantité exacte varie en fonction des conditions de service et de la conception de l'installation. Généralement, il convient d'ajouter l'huile polyolester au fur et à mesure. Commencer par 10 à 20 % de la quantité d'huile totale. Ensuite, ajouter de petites quantités d'huile polyolester jusqu'à ce que le niveau d'huile atteigne à nouveau un niveau Informations générales à propos de la conversion normal ou reste constant. Lors de l'adjonction d'huile polyolester, s'assurer que le niveau d'huile se trouve sous le milieu du regard, juste après avoir versé le produit. Noter également la quantité d'huile ajoutée afin d'éviter tout remplissage excessif.

Le R22 et, dans une moindre mesure, les mélanges à base de R22, réagissent fortement avec de nombreux élastomères, ce qui entraîne un gonflement sensible et bien souvent, après un certain temps, un durcissement des élastomères. Les fluides frigorigènes de substitution mentionnés ne réagissent pas aussi fortement avec les élastomères habituellement utilisés dans les installations frigorifiques.

De ce fait, en cas de remplacement du R22 (et, dans certains cas, des mélanges à base de R22) par les fluides frigorigènes de substitution nommés, des fuites peuvent apparaître au niveau des joints élastomères qui sont en contact avec le fluide frigorigène. Cet effet n'est pas provoqué par les fluides frigorigènes en question et peut également se produire en cas de remplacement du R22 par d'autres fluides frigorigènes HCFC, tels que le R407C et le R404A.

Les fuites ne surviennent pas dans tous les systèmes rééquipés, et en réalité, il est très difficile de prévoir si des fuites risquent ou non d'apparaître. Toutefois, la plupart du temps, plus l'installation est ancienne plus la probabilité de fuites est importante après une conversion.

C'est pourquoi nous recommandons de remplacer tous les joints qui jouent un rôle prépondérant pour le fonctionnement de l'installation lors de la conversion et de prévoir des joints de rechange pour les autres composants dès le démarrage du système. Des contrôles d'étanchéité minutieux avant et après la conversion d'une installation permettent de minimiser les fuites de fluide frigorigène. Vérifiez tous les joints, dont les vannes manuelles, les vannes Schrader, le robinet solénoïde, les voyants, les joints des barrettes à bornes, les boîtes d'étanchéité, les joints de la pompe à huile, les joints du carter, etc.

Évidemment, lors de la conversion, remplacer tous les joints qui n'étaient déjà plus hermétiques avant le rééquipement.

Le remplacement de ces organes d'expansion est coûteux et complexe. En général, il n'est pas nécessaire de procéder à leur remplacement lors d'une conversion. La température dans l'évaporateur peut être légèrement plus faible que lorsque l'installation fonctionnait avec le fluide frigorigène original. Dans une installation avec tube capillaire, la quantité de fluide frigorigène doit donc être choisie de manière à ce que la température d'évaporation atteigne la valeur requise et que la surchauffe soit suffisante. Si la surchauffe chute pour atteindre la valeur minimale (en général, 6 à 8 K), arrêtez d'ajouter du fluide frigorigène et ce, même si la température d'évaporation est inférieure à celle souhaitée. Une quantité plus importante de fluide frigorigène peut en effet entraîner une légère hausse des températures de condensation. Une augmentation de la quantité de remplissage de plus de 5 à 10 % de la quantité recommandée de R22 ne peut que rarement avoir pour conséquence une amélioration de la performance.

Les installations fonctionnant avec les fluides frigorigènes de substitution cités sont faciles d'entretien. Lors des travaux de maintenance, il est possible de faire l'appoint de fluide frigorigène sans purger entièrement le contenu initial du réservoir. Le système continuera alors de fonctionner normalement. Recherchez sans délai les causes des éventuelles fuites de fluide frigorigène et résolvez le problème.

Remarque : Pour la maintenance des systèmes de climatisation dans lesquels la quantité de remplissage compte parmi les paramètres critiques, effectuez une vidange complète du contenu du réservoir. Cette mesure est également recommandée pour les systèmes fonctionnant avec du HCFC-22.

Le changement de fluide frigorigène implique dans tous les cas un contrôle de la surchauffe et, éventuellement, une correction des paramètres de surchauffe. Si possible, adaptez le boisseau ou remplacez l'ensemble de la vanne. Les changements de fluide frigorigène entraînent également souvent une modification des valeurs de pression et de courant. Ainsi, contrôlez le dimensionnement et la compatibilité ou le réglage des câbles, contacteurs, disjoncteurs-protecteurs, fusibles, autres composants électriques, échangeurs de chaleur, pressostats, régulateurs de pression, robinets solénoïdes, convertisseurs de fréquence, etc.